Nouvelles Technologies

Toute l’actualité des nouvelles technologies numériques!

Design, technologie et santé unifiés par Withings, le top des objets connectés français.

Capture d’écran 2015-08-06 à 10.54.30

Capture d’écran 2015-08-06 à 10.54.39

Alors que l’iWatch a fait sa sortie, certes moins fructueuse que prévue, mais toujours très rentable, il faut savoir que la France possède aussi des marques à la hauteur du géant de Cupertino, voire au dessus. En effet les objets connectés et le quantified-self étant aujourd’hui le nouvel eldorado des marques maîtrisant la technologie et le luxe, les entreprises françaises ne se laissent pas délaisser sur ce marché, d’autant plus que le luxe est une des images clés du produit français.

Ainsi, on vous présente aujourd’hui la marque Withings au slogan « Inspire health ». Dans le genre objet connecté au service de la santé et du bien-être de la personne, Withings en connaît un rayon. De la balance connectée, réveil connecté aux montres défiant l’iWatch, la start-up Withings nous prouve que la France a sa place dans ce marché.

En produisant une grande partie des produits connectés existants et ce en rajoutant sa touche de créativité (Voir notamment la caméra de domicile qui fournit de nombreux services originaux et très utiles-voir vidéo en bas de l’article), Withings s’impose sur ce marché avec sa marque de fabrique que l’on pourrait décrire de sensible et distinctive. Cependant, outre son originalité niveau technologique, en quoi la start-up Withings se distingue-t-elle de toutes les autres marques produisant ce type de produit ?

La seconde différence se trouve dans la design. Ce n’est guère une surprise, mais le design de ces produits étant un mix entre le savoir-faire Français et Suisse, il est le « plus » des objets connectés Withings. Construits à partir de matériaux nobles (Verre Saphir et Cuir de Veau pour la montre Activité par exemple) et avec des formes modernes et épurées, Withings prouve que des objets connectés peuvent être discrets et contemporains, et non pas vulgaires.

Withings propose également ses produits aux entreprises, prônant le fait qu’une équipe en bonne santé physique permet d’augmenter les capacités de chacun. Entre autre, se lancer des défis via notamment la montre Activité permet de se dépasser physiquement et intellectuellement, et ce en gardant son esprit d’équipe et de compétition.

Présentation de deux produits intéressants en vidéo:

Home, la caméra de surveillance du domicile

Activité, le montre connectée

 

Profiter de la technologie pour sécuriser les routes, le nouveau défi

Pour sauver des vies il ne faut pas toujours innover fondamentalement. Une innovation de « concept » vaut parfois mieux qu’une innovation de » technologie ». Aujourd’hui on vous présente deux systèmes en développement qui pourraient sauver des vies quotidiennement sur nos routes.

Cyclee, une application mobile au service des cyclistes

Cyclee est une application mobile pensée par un designer azerbaïdjanais, Elnur Babayev. Couplée avec son objet connecté, un mini rétroprojecteur, elle permet d’annoncer aux personnes suivant le cycliste son futur mouvement. Le mini projecteur projète la direction du cycliste sur son dos. De cette façon, les voitures peuvent anticiper les mouvements du cycliste et éviter de le percuter. Outils de communication et de protection, cette application s’utilise de jour comme de nuit, bien que le jour la capacité de projection est de facto altérée par la lumière du soleil.

A savoir, le mini projecteur s’adapte à la plupart des vélos grâce à une tige qu’il suffit de clipper et serrer.

Petit point négatif : gérer l’Iphone et indiquer nos directions alors qu’on roule n’est pas forcément plus safe que de rester concentré sur la route. Cependant, on a la possibilité de faire un itinéraire indiqué préalablement sur le téléphone pour éviter ce problème.

Application Cyclee

Application Cyclee

Un nouveau concept de camion « transparent »

Un camion transparent qui vous permet de le dépasser en toute sécurité ? Voilà l’idée que Samsung a eu en se couplant avec une entreprise argentine, créant ainsi le prototype de « Safety Truck ». Le principe est qu’une camera sans fil est placée à l’avant du camion et est connectée avec des écrans, eux situés à l’arrière. Ceci permet aux véhicules suivant le camion de pouvoir voir l’avant de celui-ci. Ainsi les ralentissements ou arrêts sont prévisibles, et les dépassements du camion peuvent se faire en toute sécurité.

Safety Truck de Samsung

Safety Truck de Samsung

En attendant la disponibilité des ces deux objets, faites attention sur la route ! 

Petit résumé des enjeux de la géolocalisation

Géolocalisation

Géolocalisation

 

La géolocalisation, ou « procédé permettant de positionner un objet, une personne sur une carte à l’aide de ses coordonnées géographiques » (Wikipédia), est très contestée dans le monde entier dans la mesure où elle a souvent tendance à aller à l’encontre de certaines valeurs de notre société.

Pourtant, la géolocalisation peut être un outil réellement différenciant pour beaucoup d’entreprises, d’évènements ou type de personnes.

La géolocalisation, c’est quoi ?

Dès lors qu’on possède un smartphone (Android, Iphone, …) qui est muni d’un GPS et d’un accès à internet, on peut déterminer notre position exacte en déterminant la position de notre smartphone.

La géolocalisation, quels enjeux ?

La géolocalisation pose d’abord problème au niveau de la protection des données individuelles et de la vie privée. En effet, suivant les systèmes de géolocalisation, les utilisateurs ont plus ou moins le choix d’être suivi.

Quand suis-je suivi ?

La plupart des applications pour les particuliers permettent de choisir quand l’activer et le désactiver. Pour les entreprises le débat est différent, car il faut d’abord décider quand est-ce que l’employeur a le droit de savoir où est son employé : quand il fait une pause au bord d’une forêt avant un rendez-vous, est-on en droit de savoir sa position exacte ?

Où mes données personnelles vont-elles atterrir ?

La réponse à cette question dépend évidemment de l’entreprise qui les enregistre. A savoir qu’aujourd’hui les données de géolocalisation intéressent les entreprises de tous les domaines, car on le sait, le futur se trouve dans la prédiction des comportements d’achat, physiques, psychologiques, etc.

Qui peut avoir mes données géographiques ?

Attention, la géolocalisation ne se fait pas uniquement dans les applications ! Lorsque vous activez vos données de géolocalisation et partagez un tweet avec position par exemple, vous pouvez être géolocalisé par n’importe qui. Dès lors, toute personne qui vous suit sur Twitter, Facebook ou autre réseau social de ce type, peut vous trouver au mètre prés dès que vous faites une publication avec un « geotagging ». (Il peut à ce moment savoir que vous n’êtes pas chez vous, et que la maison est tout à fait vide…)

Gratuit pour les particuliers, et sinon ?

Bien que ces systèmes soient souvent gratuits pour les particuliers, ils ont un coût élevé pour les entreprises qui tentent d’utiliser la géolocalisation pour avoir des données précises sur leurs employés (temps passer à rouler, kilométrages…).

Une occasion pour de l’hyperciblage marketing ?

Et oui, les systèmes de géolocalisation « pour le loisir », c’est-à-dire qui vous suivent 24/7, ou du moins durant votre temps libre, sont une occasion de recueillir un paquet d’informations de type très variés sur votre vie, vos habitudes et ce que vous appréciez. Ce sont ces informations qui vont être utiles pour prévoir les comportements et pour cibler les pubs que vous survolez sur internet.

Mais qu’y a-t-il de positif à la géolocalisation ?

Bien que l’image véhiculée de la géolocalisation soit si mauvaise, la géolocalisation a plein de vertus ignorées ou non évoquées.

Tout d’abord, l’utilisation des données dépend des entreprises qui les utilisent ; ainsi, certaines entreprises collectent certes les données mais ne les utilisent pas, comme ICE GéoAlert.

De plus, la géolocalisation peut apporter des améliorations à beaucoup de choses :Elle permet certes l’analyse des comportements humains à des buts liés au profit, mais pas que. Utilisée pour l’urbanisme notamment, comme l’a fait Orange en 2013 pour son expérimentation de l’empreinte mouvement à Rennes, ou pour la sécurité comme le fait ICE GéoAlert, la géolocalisation, si elle reste sur un système d’échange de données collaboratif en vu de l’amélioration de situations communes, est un réel avantage donné par la technologie actuelle.

Enfin, au delà de la simple praticité de la géolocalisation, il ne faut pas oublier qu’on peut aussi utiliser la géolocalisation pour le loisir, comme l’a fait le Tour de France avec la géolocalisation des coureurs.

Ainsi, pour éviter toute mauvaise utilisation de vos donnés de géolocalisation, il faut faire attention aux informations que l’on partage et à qui on les partage.

 

Le paradoxe des objets connectés illustré par une Jeep

Les deux spécialistes à l'oeuvre

Charlie Miller et Chris Valasek à l’oeuvre

Si vous avez lu nos articles précédant sur ce blog ICE GéoAlert, vous savez déjà ce qu’est le « quantified-self » et savez déjà qu’il existe de nos jours un nombre croissant d’applications et d’objets connectés nous permettant d’améliorer notre santé, de nous protéger, voire de nous sauver la vie.

Mais que diriez-vous, si votre objet connecté était capable de vous prendre la vie ?

C’est face à ce dilemme-là que travaillent Charlie Miller, ingénieur en sécurité chez Twitter, et Chris Valasek, chercheur spécialisé sur les véhicules pour une entreprise de sécurité informatique, afin de prévenir aussi bien les entreprises de l’automobile que les conducteurs du danger de ces véhicules, ou plutôt du danger des failles technologiques contenues dans leurs systèmes.

Durant une simulation du journaliste Andy Cherokee, les deux chercheurs activent et désactivent plusieurs fonctionnalités du véhicule, une Jeep Cherokee (Chrysler). Cela va de la mise en marche de la musique et de son volume, à l’arrêt du fonctionnement des freins et de l’accélérateur, voire parfois à l’utilisation du volant.

Ainsi, ces chercheurs expliquent que pour prendre le contrôle du véhicule il est possible d’exploiter une faille de son système (à certaines conditions). Ce genre de faille rendant accessible aux hackers le système de la voiture existe selon une estimation sur 471 000 véhicules.

Certes, face à ce problème les compagnies automobiles comme Chrysler ont commencé à proposer un patch de correction (sans jamais reconnaître la faille toutefois), mais au vu de la complexité de l’installation de ce patch, les chercheurs supposent que la plupart des véhicules avec cette faille le resteront. Ce sujet n’inquiète pas seulement les compagnies automobiles et les automobilistes, mais aussi les autorités, notamment américaines, qui ne veulent pas lier au développement technologique de leur pays les risques de hackings mortels.

Comme l’a exprimé Ed Markey dans un communique envoyé à Wired, « Les conducteurs ne devraient pas avoir à choisir entre être connectés et être protégés ».

Pourtant, c’est aujourd’hui 36 millions de voitures connectées que l’on compte en circulation, un nombre exubérant de nouvelles fonctionnalités pour nos voitures connectées, et clairement un nouveau marché pour les géants du cloud et de l’informatique comme Apple et Google. Problème : ce nouveau marché des objets connectés est aussi le terrain de jeu des hackers, heureux de pouvoir s’amuser d’autres choses que des ordinateurs.

 VOIR LA VIDEO DE LA SIMULATION

Pour en savoir plus rendez-vous sur le magazine Wired où le journaliste décrit sa simulation en détails.

Guide pratique pour enregistrer une vidéo d’écran sur YouTube

Des millions de gens regardent  chaque jour  des clips ou des films sur YouTube sans savoir comment enregistrer la vidéo dans leur ordinateur ou dans un autre appareil numérique pour les regarder ou les utiliser plus tard. La difficulté voir l’impossibilité de téléchargement de ces vidéos vient du fait que les sites qui les ont partagés ne le permettent pas. Actuellement, il existe une solution à ce problème grâce à la mise sur marché de divers types de logiciels d’enregistrement vidéo sur YouTube.

Comment enregistrer une vidéo YouTube ?

Pour enregistrer une vidéo YouTube, commencez par télécharger un logiciel capture vidéo dont les caractéristiques permettent d’effectuer cet enregistrement. Pour ce faire, nous vous suggérons de découvrir toutes les possibilités qu’offre Movavi.

Après que le téléchargement soit effectué, il faut que vous installiez le logiciel en suivant seulement les instructions qui devront normalement être claires et simples. Ensuite, après avoir lancé le programme, il vous suffit d’ajuster la fenêtre à la zone à capturer qui correspond au cadre de la vidéo que vous souhaitez enregistrer. Et enfin, vous cliquez sur le bouton enregistrement ou REC pour commencer à enregistrer la vidéo.

Une fois l’enregistrement effectué, selon la performance du logiciel pour lequel vous optez, il vous serait possible d’améliorer la qualité de la vidéo ou d’ajouter des effets si vous le souhaitez.

Le choix de logiciel d’enregistrement d’une vidéo YouTube

Les logiciels qui permettent d’enregistrer une vidéo YouTube existent de nos jours en grand nombre. Mais pour réaliser l’enregistrement dans les meilleures conditions et améliorer d’une manière considérable la qualité de la vidéo enregistrée, il faut savoir choisir le bon logiciel.

Un bon logiciel est facile à télécharger et les instructions de son installation sont faciles à comprendre.

Le meilleur logiciel est en mesure à la fois d’enregistrer et de convertir la vidéo à un format populaire  pour vous permettre de la lire à travers n’importe quel lecteur ou l’appareil numérique portable de votre choix.

Savoir enregistrer une vidéo YouTube vous serait d’une grande utilité si vous voulez être libre d’avoir toutes les vidéos de votre choix en main pour les utiliser à votre guise. Néanmoins, pour savoir enregistrer vos vidéos et pour aller encore plus loin dans l’amélioration de leur qualité, il faut choisir le meilleur logiciel.

App mobile ou Site-mobile, les 3 points à connaître, résumé de notre intervention au #DevCom #Toulouse

Ice GeoAlert était présent au DevCom Midi-Pyrénées. Le 11ième salon sur le Développement Commerciale a eu lieu hier, jeudi 4 décembre à la cité de l’entreprise Entiore. C’est l’équipe de l’application pour Smartphone ICE Geoalert qui s’y est rendu afin de participer à une conférence sur le m-commerce, retour sur cet événement en 3 points.

« Tablettes, Smartphones, responsive design, applis, mobiles… Quel plan d’action m-commerce pour acquérir et fidéliser vos clients? »

Raphaël D’alterio, développeur chez Infopolis et pour Ice GeoAlert , et Romain Quédreux, responsable marketing, ont été invités par l’organisation du Devcom afin de répondre à cette problématique face aux entrepreneurs présents au salon. Accompagnés par Jean-Richard Maguet de Mobeefox nous avons abordé les thématiques suivantes.

  photo

1) Analyser l’activité de ses mobinautes

Comme toujours dans le monde du commerce, la prise de décision est précédée d’une phase d’analyse primordiale. L’engouement pour les applications mobiles depuis quelques années a créé un marché très concurrentiel, sur lequel il n’est pas toujours facile de s’aventurer. Il est donc toujours important de s’entourer de professionnels. Afin d’analyser la pertinence du développement d’une application mobile de nombreux outils sont mis à notre disposition, notamment, le plus connus, Google analytics. Cet outil, proposé gratuitement par la firme éponyme, permet de connaître la nature de la fréquentation de votre site internet.

Quel pourcentage de vos visiteurs navigue sur votre site via  mobile ou tablette? Quel support est utilisé?

Ces questions simples sont de réels indicateurs à prendre en considération afin d’optimiser son entrée sur le marché du m-commerce. Une utilisation massive de supports mobiles de vos internautes poussera à se poser la  question de la création d’une application, alors qu’une utilisation moindre amènera plutôt à la mise en place d’un web responsive design (format de site internet adaptable à tout types de supports, résolutions et tailles d’écran) pour votre site internet ou de la création d’un site mobile.

Le mot d’ordre de cette 11ième édition du DevCom était le suivant : Il faut être présent sur Internet. Aujourd’hui, beaucoup trop de TPE et PME française n’osent pas créer de sites internet, ce qui est une réelle erreur quand on sait que plus de 80% des français sont des internautes. Afin de limiter les coûts, Infopolis vous conseille d’opter pour un web responsive design dès la création de votre site afin de pouvoir être présent sur tout les supports dès la création de votre site internet.

2) Application ou site mobile ?

Une fois cette étude réalisée, il est temps pour vous de prendre une décision. Afin de maximiser votre prise de décision, il est important de bien distinguer les deux médias.

Le site-mobile est un site spécialement réalisé pour les internautes d’une marque. Plus proche du site web ordinaire, il permettra au client de naviguer sur les différents menus du site comme nous en avons tous l’habitude. L’avantage principale, en plus de son faible coût est qu’il est facilement accessible sur internet et facile d’utilisation. A contrario, les applications mobiles doivent être téléchargées par le consommateur pour pouvoir être utilisées. De plus, une app représente un coût important, il est donc primordiale de connaître l’avantage que nous apportera ce nouveau média de communication.

Plus ergonomique, simple d’utilisation et souvent au design plus attractif l’app offrira au consommateur une expérience directe avec la marque. De plus, les applications mobiles amènent facilement à une fidélisation du client.

« L’application va directement offrir des informations plus concises et simples et amènera à une action rapide du consommateur alors que l’utilisation du site mobile demande à l’utilisateur de naviguer sur le site pour atteindre son but. L’application offrira directement les différentes informations et montrera au client de manière concrète les apports de l’app. Il faut vraiment connaître la valeur ajouté et l’avantage concurrentiel que nous procurera cette app avant de mettre en place un processus de création » Romain Quédreux

La réelle différence entre ces deux technologies est technique, comme l’a expliqué Raphaël D’Alterio, l’application pourra utiliser les différents outils du smartphone utilisé (GPS, appareil photo, etc) alors que le site mobile ne pourras pas.

« La vraie question à se poser est : le consommateur aura-t-il besoin d’internet pour naviguer notre application? Car en effet, les sites mobiles ne fonctionnent pas sans internet alors que les applications peuvent être programmées afin d’offrir du contenu sans données de connexion » Raphaël D’Alterio

 

3) Comment exister dans la jungle de l’APP Store/Androïd Market?

Le plus important sera la pertinence de l’application, plus nous répondrons de manière efficiente à la problématique de notre clientèle, plus notre application sera bien notée et téléchargée et donc de mieux en mieux classée dans ces marchés virtuels. Afin d’être pertinent, Raphaël D’Alterio nous confie son astuce des trois clics : « votre consommateur doit pouvoir atteindre toutes les fonctionnalités de votre site ou application en seulement 3 clics ».

Le plus important est de répondre tout simplement au besoin du client de la plus simple des manières afin de fournir au client l’environnement qu’il attend.

Vous souhaitez développer votre application ou un site-mobile afin de communiquer et de répondre aux besoins de vos clients, contactez-nous !